L'affaire Habré

Recommandations principales au gouvernement tchadien

Écarter de leurs fonctions tous les anciens agents de la DDS réhabilités et engagés dans l’appareil de sécurité de l’État.

 Déclarer publiquement  qu’il ne tolérera pas la moindre intimidation envers tous ceux cherchant réparation et justice par les voies légales.

• Soutenir fermement l’action de la justice tchadienne relative aux plaintes déposées au Tchad par les victimes contre les anciens agents de l’ex-DDS et accorder des moyens supplémentaires au juge d’instruction chargé de ces dossiers.
• Offrir une indemnisation financière à chaque victime ou famille, régulièrement recensée. Un fonds d’aide aux victimes et aux familles des victimes du régime Habré devrait être créé afin de porter assistance aux plus démunies d’entre elles et de réparer les dommages causés par les agents de l’Etat tchadien.

Afin d’honorer la mémoire de celles et ceux qui ont péri pendant le régime de Habré et pour faire connaître à la société tchadienne les horreurs de ce régime, mettre en oeuvre le volet des recommandations de la Commission d’Enquête préconisant « d’édifier un monument à la mémoire des victimes de la répression Habré », de « décréter un jour de prière et de recueillement pour lesdites victimes » et de transformer l’ancien siège de la DDS et la prison souterraine de la « Piscine » en un musée.