CAE

Mer06282017

Last updateJeu, 27 Avr 2017 4pm

Back Vous êtes ici : Home Présentation Parquet Général Conservation des sites abritant des charniers et des lieux de détentions

Parquet Général

Conservation des sites abritant des charniers et des lieux de détentions

  Le Procureur général, Mbacké FALL demande aux autorités Tchadiennes de prendre des mesures

Le Procureur général des chambres africaines extraordinaires et ses adjoints ont fait face à la presse nationale et internationale ce jeudi 13 juin au siège du ministère de la justice tchadienne, à N’djaména. Ce face à face avec la presse a essentiellement porté sur le bilan de la mission du parquet général qui doit prendre fin le 15juin. D’autres sujets relatifs à la poursuite judiciaire contre Hisséne HABRE ont également retenus l’attention des journalistes.

Bilan de la mission

Dans sa déclaration liminaire, le Procureur général a tiré un bilan satisfaisant de sa mission à N’Diaména. « Notre mission s’est bien déroulée et à cette occasion je remercie les autorités tchadiennes qui ont bien voulu collaborer à la réussite de nos travaux et cela à travers le ministre de la justice et du procureur général de N’Diaména ici présent » a déclaré Mbacké FALL qui a en outre informé que : « la mission a également été rendue facile par l’accord d’assistance judiciaire qui lie le Tchad et le Sénégal ». Le Procureur général est ensuite revenu sur les différentes activités qu’il a eu à effectuer avec son équipe. Il s’agit notamment des rencontres et des séances de travail avec les autorités judiciaires, mais aussi des visites des sites abritant des charniers et des lieux de détentions et pouvant servir de preuves contre Hisséne HABRE.

Perceptions et sentiments après la visite des sites

Répondant à une question de notre confrère de RFI sur ses sentiments après avoir visiter les sites supposés abriter des charniers et les anciens lieux de détentions, le Procureur général des chambres africaines extraordinaires a répondu : « mes pensées sont allées aux souffrances des personnes qui ont été dans ces lieux et à leurs parents. Cette visite est comme une lecture ou encore un résumé de plusieurs ouvrages » Pour lui, ce déplacement a été bénéfique aux chambres africaines dans la mesure où elle a permis aux membres du parquet général d’avoir une idée beaucoup plus claire de ce qu’ils ont appris dans les documents déjà disponibles. « Nous ne pouvions pas rester à Dakar et tout faire. Il fallait qu’on vienne ici pour constater de visu. C’est donc pour vous dire que nous sommes confortés dans ce que nous savions avant de venir ici à N’Djaména » a lancé Mbacké FALL.

                                             Etat des lieux et sites visités

La situation des sites qui abritent des centres de détentions et des charniers préoccupe beaucoup le procureur général. Mbacké FALL de constater qu’ : « il y a des lieux qui n’existent plus du fait de l’urbanisation. Les exigences de la démographie font que certains sites ne pouvaient pas être à l’état dans lesquels ils étaient. Il fallait les détruire pour construire des infrastructures». Avant de révéler : « cependant, pour des raisons judiciaires, je demande aux autorités tchadiennes de prendre des mesures conservatoires pour maintenir certains sites qui existent toujours. C’est le cas des bureaux de la Brigade Spéciale d’Intervention Rapide (BSIR) que nous avons visités il y a deux jours ». Le Procureur général des Chambres Africaines Extraordinaires ne s’est pas simplement limité à lancer un appel à l’endroit des autorités. Il est allé plus loin en affirmant que : « d’ailleurs je compte même leur adresser une lettre dans ce sens dans les prochains jours ».

En revenant sur la visite que le Parquet général a effectué sur les sites, Mbacké FALL a tenu également à préciser que tous les sites n’ont pas été visités pour des raisons valables : « nous sommes là en tant que précurseurs. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas visité tous les sites comme le pense certains. Le gros du travail sera fait par les juges d’instructions. ». Néanmoins, précise-t-il encore, les sites visités sont représentatifs bien qu’étant un échantillon.

Rôle et place de la Belgique dans la procédure

Quel sera le rôle de la Belgique dans la procédure judiciaire enclenchée par les Chambres Africaines Extraordinaires ? La question a retenue l’attention des journalistes. Avant de répondre à cette interrogation, Mbacké FALL est d’abord revenu sur la mission que son équipe à effectuer dans ce pays. Selon le Procureur général cette mission était capitale dans la mesure où elle a permis au Parquet général des Chambres Africaines de rencontrer le juge d’instruction qui avait en charge du dossier et l’officier de police judiciaire qui avait mené les premières enquêtes. Selon toujours M. FALL, ce déplacement en Belgique a aussi permis de recueillir des informations supplémentaires nécessaires pour la suite de la procédure. Suffisant pour dire que : «  les belges ne peuvent pas être mis à l’écart du procès à cause du contexte dans lequel nous sommes. Ils ont mené une enquête sur le dossier. Aussi, les textes ne nous interdit pas de les faire venir ».